Boire ou conduire : à vous de choisir

L’alcool au volant est une problématique qui concerne tous les conducteurs puisque certains peuvent être sous son influence et se blesser lors d’un accident alors que d’autres peuvent être victimes de ceux qui en consomment.

Malgré les campagnes de sensibilisation mises de l’avant et de la baisse du nombre d’accidents reliés à cet état de fait, il n’en demeure pas moins que de 2010 à 2014, on estime qu’annuellement, les accidents dus à l’alcool ont causé en moyenne : 140 décès (33 %); 340 blessés graves (18 %); 1 900 blessés légers (5 %) 1.

Certains conducteurs prennent le volant alors qu’ils croient à tort, qu’ils sont en état de conduire en pensant que le fait d’avoir attendu une heure après leur dernière consommation ou d’avoir dansé a abaissé leur taux d’alcool. Or, il n’existe aucun truc pour accélérer l’élimination de l’alcool. Seul le temps peut agir. Pour dégriser, il faut donc attendre que le foie fasse son travail. Et méfiez-vous des boissons énergisantes : elles masquent l'effet de somnolence causé par l'alcool, mais n'éliminent pas le fait que les facultés sont tout de même affaiblies. Rappelez-vous que le taux d'alcool dans le sang continue de monter après le dernier verre : il atteint son maximum une heure après 2. Par la suite, il diminue en moyenne de 15 mg par 100 ml de sang (0,015) chaque heure.

Ceci étant dit, il pourrait arriver par exemple, qu’une personne qui boit de l’alcool au cours de sa soirée atteigne un taux de 110 mg / 100 ml soit, 0,11. Si cette personne dormait 6 heures, elle aurait éliminé 90 mg (6 x 15 mg). À son réveil, elle se retrouverait à 20 mg d’alcool /100 ml de sang donc, inapte à travailler (tolérance zéro alcool).

En fait, la seule façon de savoir si nous sommes aptes à conduire ou d’occuper nos fonctions en toute sécurité et légalité est de se tester avec un alcootest le plus souvent, muni d’un senseur électrochimique qui affichera le taux à 3 décimales (0,000). Ce faisant, on se protège et on protège les autres conducteurs ou piétons contre d’éventuels incidents et accidents malheureusement, souvent mortels.

Sources :

1.Site web de la SAAQ - Profil détaillé des faits et des statistiques touchant l’alcool et les drogues au volant l’alcool et les drogues au volant. Janvier 2017.

2. Site web de la SAAQ - Mythes et réalités sur l'alcool au volant

Écrire un commentaire

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter un commentaire

S’inscrire à notre infolettre